Himalaya: Listen. Learn. Grow.

4.8K Ratings
Open In App
title

Apprendre à jouer du piano

MC Baritou

Followers
Plays
Apprendre à jouer du piano
--2017 DEC 5
Play Episode
Comments
title

Details

Tweet
Avez-vous déjà vécu l'expérience de vouloir jouer un morceau à des amis ou en public et de vous sentir mal, les mains moites et tremblantes, et une envie de fuir le plus loin possible ? Il s'agit bien sûr de ce que l'on appelle le trac. Mais ce mot est un peu un terme "fourre-tout" qui veut tout et rien dire. On en parle à la fois trop et pas assez et de la bonne manière. Je partage dans ce podcast mes réflexions sur le sujet.
Voici le lien vers mon article sur le livre d'Alexandre Tharaud "Montrez-moi vos mains".
Bonne écoute.
PS: je réintroduis aujourd'hui l'introduction et la conclusion en musique
 
Transcription texte du podcast :
Bonjour, c’est Marie-Cécile.
Je voulais vous parler parce que j’ai eu quelques petites questions la semaine dernière à ce sujet du trac.
 
C’est quelque chose qui fait beaucoup parler et à la fois on n’en parle pas. A la fois c’est un peu tabou.
C’est un peu ça le problème.
C’est qu’il prend une place très importante dans notre cerveau mais on n’ose pas en parler.

* On se dit que si on en parle on va le renforcer.
* On se dit que de toute façon c’est impossible de faire autrement.

 
Alors à la fois c’est vrai et faux.

* C’est sûr que si on en fait une montagne, qu’on en fait quelque chose d’insurmontable, ça va l’être.
* Mais c’est vrai que c’est important de le prendre en compte et de savoir qu’en fait effectivement on ne peut pas l’éliminer.

 
Personne vraiment ne peut affirmer qu’il n’a pas le trac quand il monte sur scène.
Ça m’est arrivé une fois d’entendre une personne qui m’a dit « Mais non moi j’ai pas le trac ». Mais maintenant que je connais mieux cette personne je sais qu’en fait ce qu’il veut dire c’est qu’il est tellement à l’aise avec son instrument, qu’il est tellement dans la joie et le bonheur de jouer que du coup, qu’il l’est ou pas ça n’a pas d’importance.
Donc forcément il peut avoir une espèce d’émotion avant de monter sur scène mais on ne peut plus l’appeler trac.
 
 
C’est ça que je voudrais vous exprimer un petit peu dans ce podcast.
Qu’est-ce que vous mettez derrière ce mot trac ?
Si vous mettez le fait de trembler comme une feuille, d’avoir envie de vomir, de vouloir fuir le plus loin possible avant de jouer, effectivement, ça, vous allez pouvoir le travailler et à ce moment-là il y a un moment, si vous vous en occupez vraiment, que vous le prenez en compte et que vous travaillez sur le long terme, oui ça vous pourrez l’éliminer.
Je peux vous l’affirmer.
 
En revanche, cet espèce de petit chatouillis au ventre, cette espèce de petite angoisse qu’on peut avoir dans la journée ou la veille du soir où on joue, cette espèce d’émotion, d’énergie interne, je vous conseille de la garder.
 
J’ai beaucoup entendu parler et j’ai moi-même expérimenté la chose, quand on essaie d’éliminer complètement le trac et de se détendre complètement, de prendre même des médicaments pour ne pas se liquéfier et pour se détendre, souvent ça s’inverse.
On devient complètement mou et on n’exprime plus rien sur scène.
Je n’ai jamais pris de médicament chimique, mais ça m’est arrivé de prendre des plantes, de l’homéopathie, de travailler de manière très très poussée le fait de me détendre car je suis quelqu’un d’assez extrême.
Et là, d’arriver sur scène et d’être dans l’incapacité de faire quelque chose de bien. Tellement j’étais ramollie. Ah oui j’étais bien,