Himalaya: Listen. Learn. Grow.

4.8K Ratings
Open In App
title

Podcast Conférences Publiques

Institut Francais de la Mode

2
Followers
2
Plays
Podcast Conférences Publiques

Podcast Conférences Publiques

Institut Francais de la Mode

2
Followers
2
Plays
OVERVIEWEPISODESYOU MAY ALSO LIKE

Details

About Us

Latest Episodes

Comment naît un syndrome de mode (XVe, XVIe, XVIIe siècles) PART 3

L'historienne Anne Kraatz livre son analyse des syndromes de mode aux XVe, XVIe et XVIIe siècles. XVe siècle, XVIe siècle et XVIIe siècle : l'historienne Anne Kraatz choisit ces trois périodes en Occcident pour illustrer une thèse selon laquelle chaque syndrome de mode est le reflet d'un environnement global où peut se lire la pensée d'une époque, son architecture, ses goûts (y compris alimentaires...). Taille fine, jambes grêles, chaussures pointues (poulaines)... la figure masculine qui domine à la Cour du Duc de Bourgogne au XVe siècle s'inspire de la littérature courtoise, où l'amant peut être vu comme un "papillon épinglé" par sa dame. A la même époque, le hennin, coiffe féminine conique en forme de pain de sucre, rappelle les clochers des églises. Un peu plus tard, sous Henri II, Henri III et Henri IV, la mode masculine s'inspire des volailles à la mode : poulets, dindons faisant la roue, poules huppées, paons blancs... A la fin du XVIe siècle et jusqu...

19 min2014 MAY 13
Comments
Comment naît un syndrome de mode (XVe, XVIe, XVIIe siècles) PART 3

Comment naît un syndrome de mode (XVe, XVIe, XVIIe siècles) PART 2

L'historienne Anne Kraatz livre son analyse des syndromes de mode aux XVe, XVIe et XVIIe siècles. XVe siècle, XVIe siècle et XVIIe siècle : l'historienne Anne Kraatz choisit ces trois périodes en Occcident pour illustrer une thèse selon laquelle chaque syndrome de mode est le reflet d'un environnement global où peut se lire la pensée d'une époque, son architecture, ses goûts (y compris alimentaires...). Taille fine, jambes grêles, chaussures pointues (poulaines)... la figure masculine qui domine à la Cour du Duc de Bourgogne au XVe siècle s'inspire de la littérature courtoise, où l'amant peut être vu comme un "papillon épinglé" par sa dame. A la même époque, le hennin, coiffe féminine conique en forme de pain de sucre, rappelle les clochers des églises. Un peu plus tard, sous Henri II, Henri III et Henri IV, la mode masculine s'inspire des volailles à la mode : poulets, dindons faisant la roue, poules huppées, paons blancs... A la fin du XVIe siècle et jusqu...

19 min2014 MAY 13
Comments
Comment naît un syndrome de mode (XVe, XVIe, XVIIe siècles) PART 2

Comment naît un syndrome de mode (XVe, XVIe, XVIIe siècles) PART 1

L'historienne Anne Kraatz livre son analyse des syndromes de mode aux XVe, XVIe et XVIIe siècles. XVe siècle, XVIe siècle et XVIIe siècle : l'historienne Anne Kraatz choisit ces trois périodes en Occcident pour illustrer une thèse selon laquelle chaque syndrome de mode est le reflet d'un environnement global où peut se lire la pensée d'une époque, son architecture, ses goûts (y compris alimentaires...). Taille fine, jambes grêles, chaussures pointues (poulaines)... la figure masculine qui domine à la Cour du Duc de Bourgogne au XVe siècle s'inspire de la littérature courtoise, où l'amant peut être vu comme un "papillon épinglé" par sa dame. A la même époque, le hennin, coiffe féminine conique en forme de pain de sucre, rappelle les clochers des églises. Un peu plus tard, sous Henri II, Henri III et Henri IV, la mode masculine s'inspire des volailles à la mode : poulets, dindons faisant la roue, poules huppées, paons blancs... A la fin du XVIe siècle et jusqu...

19 min2014 MAY 13
Comments
Comment naît un syndrome de mode (XVe, XVIe, XVIIe siècles) PART 1

La vie en « bleu » : expression de lidentité ouvrière (PART 3)

Le « bleu » en Europe et le « blue-jean » aux Etats-Unis sont les termes génériques pour désigner le vêtement de travail des ouvriers et, plus largement, des travailleurs manuels. Par métonymie, ils servent à nommer les hommes qui le portent : les « bleus » ou « blue collar » (cols bleus) en opposition aux employés de bureau « white collar » (cols blancs »). Cet uniforme est d'abord une affaire d'hommes. Mais que nous reste-t-il de ces « bleus » de travail ? Une tenue portée par les anciens, une image d'Epinal un peu désuète et parodiée, un symbole masculin relégué au registre du patrimoine, un vêtement que s'est approprié une jeunesse estudiantine, une tenue unisexe et tendance dont s'est emparée la mode ? Anne Monjaret est ethnologue, directrice de recherche au CNRS. Elle a été durant trois ans rédactrice en chef de la revue Ethnologie française. Elle enseigne à l'université Paris Descartes et à l'EHESS. Ses travaux portent sur les cultures, mé...

19 min2014 FEB 11
Comments
La vie en « bleu » : expression de lidentité ouvrière (PART 3)

La vie en « bleu » : expression de lidentité ouvrière (PART 2)

Le « bleu » en Europe et le « blue-jean » aux Etats-Unis sont les termes génériques pour désigner le vêtement de travail des ouvriers et, plus largement, des travailleurs manuels. Par métonymie, ils servent à nommer les hommes qui le portent : les « bleus » ou « blue collar » (cols bleus) en opposition aux employés de bureau « white collar » (cols blancs »). Cet uniforme est d'abord une affaire d'hommes. Mais que nous reste-t-il de ces « bleus » de travail ? Une tenue portée par les anciens, une image d'Epinal un peu désuète et parodiée, un symbole masculin relégué au registre du patrimoine, un vêtement que s'est approprié une jeunesse estudiantine, une tenue unisexe et tendance dont s'est emparée la mode ? Anne Monjaret est ethnologue, directrice de recherche au CNRS. Elle a été durant trois ans rédactrice en chef de la revue Ethnologie française. Elle enseigne à l'université Paris Descartes et à l'EHESS. Ses travaux portent sur les cultures, mé...

19 min2014 FEB 11
Comments
La vie en « bleu » : expression de lidentité ouvrière (PART 2)

La vie en « bleu » : expression de lidentité ouvrière (PART 1)

Le « bleu » en Europe et le « blue-jean » aux Etats-Unis sont les termes génériques pour désigner le vêtement de travail des ouvriers et, plus largement, des travailleurs manuels. Par métonymie, ils servent à nommer les hommes qui le portent : les « bleus » ou « blue collar » (cols bleus) en opposition aux employés de bureau « white collar » (cols blancs »). Cet uniforme est d'abord une affaire d'hommes. Mais que nous reste-t-il de ces « bleus » de travail ? Une tenue portée par les anciens, une image d'Epinal un peu désuète et parodiée, un symbole masculin relégué au registre du patrimoine, un vêtement que s'est approprié une jeunesse estudiantine, une tenue unisexe et tendance dont s'est emparée la mode ? Anne Monjaret est ethnologue, directrice de recherche au CNRS. Elle a été durant trois ans rédactrice en chef de la revue Ethnologie française. Elle enseigne à l'université Paris Descartes et à l'EHESS. Ses travaux portent sur les cultures, mé...

19 min2014 FEB 11
Comments
La vie en « bleu » : expression de lidentité ouvrière (PART 1)

la boutique parisienne au XVIIIe siècle (PART 3)

C'est de sa vitalité commerçante au XVIIIe siècle que Paris tire sa renommée de capitale de la mode. Le rayonnement de Paris a bénéficié du poids grandissant de l'industrie et de l'artisanat de luxe dans le contexte d'un vigoureux essor de la culture de consommation. La capacité des boutiquiers à inventer un marché qualifié de demi-luxe, parce qu'il a gardé l'apparence du luxe et qu'il s'ouvre par ses prix à une clientèle élargie, est capitale dans cette dynamique. Au XVIIIe siècle se crée à Paris un code du commerce et de l'échange où les habitudes anciennes, le troc et le crédit, coexistent avec le changement des modes de consommation et la naissance de nouveaux besoins. A la fin du siècle, Paris est célébré comme ville de "shopping" dans les guides de voyage. Les boutiquiers se font connaître par tous les moyens, en particulier les almanachs de commerce. A partir des livres de comptes qui révèlent les pratiques professionnel (d'un bijoutier ou d'un tap...

19 min2014 JAN 14
Comments
la boutique parisienne au XVIIIe siècle (PART 3)

la boutique parisienne au XVIIIe siècle (PART 2)

C'est de sa vitalité commerçante au XVIIIe siècle que Paris tire sa renommée de capitale de la mode. Le rayonnement de Paris a bénéficié du poids grandissant de l'industrie et de l'artisanat de luxe dans le contexte d'un vigoureux essor de la culture de consommation. La capacité des boutiquiers à inventer un marché qualifié de demi-luxe, parce qu'il a gardé l'apparence du luxe et qu'il s'ouvre par ses prix à une clientèle élargie, est capitale dans cette dynamique. Au XVIIIe siècle se crée à Paris un code du commerce et de l'échange où les habitudes anciennes, le troc et le crédit, coexistent avec le changement des modes de consommation et la naissance de nouveaux besoins. A la fin du siècle, Paris est célébré comme ville de "shopping" dans les guides de voyage. Les boutiquiers se font connaître par tous les moyens, en particulier les almanachs de commerce. A partir des livres de comptes qui révèlent les pratiques professionnel (d'un bijoutier ou d'un tap...

19 min2014 JAN 14
Comments
la boutique parisienne au XVIIIe siècle (PART 2)

Mode, luxe, innovation : la boutique parisienne au XVIIIe siècle (PART 1)

C'est de sa vitalité commerçante au XVIIIe siècle que Paris tire sa renommée de capitale de la mode. Le rayonnement de Paris a bénéficié du poids grandissant de l'industrie et de l'artisanat de luxe dans le contexte d'un vigoureux essor de la culture de consommation. La capacité des boutiquiers à inventer un marché qualifié de demi-luxe, parce qu'il a gardé l'apparence du luxe et qu'il s'ouvre par ses prix à une clientèle élargie, est capitale dans cette dynamique. Au XVIIIe siècle se crée à Paris un code du commerce et de l'échange où les habitudes anciennes, le troc et le crédit, coexistent avec le changement des modes de consommation et la naissance de nouveaux besoins. A la fin du siècle, Paris est célébré comme ville de "shopping" dans les guides de voyage. Les boutiquiers se font connaître par tous les moyens, en particulier les almanachs de commerce. A partir des livres de comptes qui révèlent les pratiques professionnel (d'un bijoutier ou d'un tap...

19 min2014 JAN 14
Comments
Mode, luxe, innovation : la boutique parisienne au XVIIIe siècle (PART 1)

Paris, capitale de mode (PART 3)

Qu'est-ce qu'une capitale de mode ? L'exemple de Paris montre que cette appellation recouvre deux réalités indissociables : la création et la commercialisation. La spécificité de la mode parisienne est qu'elle s'est développée à l'aide de réseaux structurés dès le début du XXème siècle. Si elle a réussi à maintenir son attractivité avec le temps, c'est qu'elle a su transformer une domination statutaire en parvenant à toujours rester en phase avec les évolutions de la société. A Paris, où la Fédération de la Couture a toujours joué un rôle de premier plan, la menace de désinstitutionnalisation dans les années 1970 a été surmontée au moyen de l'intégration de jeunes créateurs français et étrangers au calendrier des défilés. La création de plusieurs catégories (prêt-à-porter des couturiers et des créateurs de mode, membres correspondants pour les étrangers et membres invités pour les jeunes créateurs) a permis de couvrir une grande partie de...

19 min2013 DEC 10
Comments
Paris, capitale de mode (PART 3)

Latest Episodes

Comment naît un syndrome de mode (XVe, XVIe, XVIIe siècles) PART 3

L'historienne Anne Kraatz livre son analyse des syndromes de mode aux XVe, XVIe et XVIIe siècles. XVe siècle, XVIe siècle et XVIIe siècle : l'historienne Anne Kraatz choisit ces trois périodes en Occcident pour illustrer une thèse selon laquelle chaque syndrome de mode est le reflet d'un environnement global où peut se lire la pensée d'une époque, son architecture, ses goûts (y compris alimentaires...). Taille fine, jambes grêles, chaussures pointues (poulaines)... la figure masculine qui domine à la Cour du Duc de Bourgogne au XVe siècle s'inspire de la littérature courtoise, où l'amant peut être vu comme un "papillon épinglé" par sa dame. A la même époque, le hennin, coiffe féminine conique en forme de pain de sucre, rappelle les clochers des églises. Un peu plus tard, sous Henri II, Henri III et Henri IV, la mode masculine s'inspire des volailles à la mode : poulets, dindons faisant la roue, poules huppées, paons blancs... A la fin du XVIe siècle et jusqu...

19 min2014 MAY 13
Comments
Comment naît un syndrome de mode (XVe, XVIe, XVIIe siècles) PART 3

Comment naît un syndrome de mode (XVe, XVIe, XVIIe siècles) PART 2

L'historienne Anne Kraatz livre son analyse des syndromes de mode aux XVe, XVIe et XVIIe siècles. XVe siècle, XVIe siècle et XVIIe siècle : l'historienne Anne Kraatz choisit ces trois périodes en Occcident pour illustrer une thèse selon laquelle chaque syndrome de mode est le reflet d'un environnement global où peut se lire la pensée d'une époque, son architecture, ses goûts (y compris alimentaires...). Taille fine, jambes grêles, chaussures pointues (poulaines)... la figure masculine qui domine à la Cour du Duc de Bourgogne au XVe siècle s'inspire de la littérature courtoise, où l'amant peut être vu comme un "papillon épinglé" par sa dame. A la même époque, le hennin, coiffe féminine conique en forme de pain de sucre, rappelle les clochers des églises. Un peu plus tard, sous Henri II, Henri III et Henri IV, la mode masculine s'inspire des volailles à la mode : poulets, dindons faisant la roue, poules huppées, paons blancs... A la fin du XVIe siècle et jusqu...

19 min2014 MAY 13
Comments
Comment naît un syndrome de mode (XVe, XVIe, XVIIe siècles) PART 2

Comment naît un syndrome de mode (XVe, XVIe, XVIIe siècles) PART 1

L'historienne Anne Kraatz livre son analyse des syndromes de mode aux XVe, XVIe et XVIIe siècles. XVe siècle, XVIe siècle et XVIIe siècle : l'historienne Anne Kraatz choisit ces trois périodes en Occcident pour illustrer une thèse selon laquelle chaque syndrome de mode est le reflet d'un environnement global où peut se lire la pensée d'une époque, son architecture, ses goûts (y compris alimentaires...). Taille fine, jambes grêles, chaussures pointues (poulaines)... la figure masculine qui domine à la Cour du Duc de Bourgogne au XVe siècle s'inspire de la littérature courtoise, où l'amant peut être vu comme un "papillon épinglé" par sa dame. A la même époque, le hennin, coiffe féminine conique en forme de pain de sucre, rappelle les clochers des églises. Un peu plus tard, sous Henri II, Henri III et Henri IV, la mode masculine s'inspire des volailles à la mode : poulets, dindons faisant la roue, poules huppées, paons blancs... A la fin du XVIe siècle et jusqu...

19 min2014 MAY 13
Comments
Comment naît un syndrome de mode (XVe, XVIe, XVIIe siècles) PART 1

La vie en « bleu » : expression de lidentité ouvrière (PART 3)

Le « bleu » en Europe et le « blue-jean » aux Etats-Unis sont les termes génériques pour désigner le vêtement de travail des ouvriers et, plus largement, des travailleurs manuels. Par métonymie, ils servent à nommer les hommes qui le portent : les « bleus » ou « blue collar » (cols bleus) en opposition aux employés de bureau « white collar » (cols blancs »). Cet uniforme est d'abord une affaire d'hommes. Mais que nous reste-t-il de ces « bleus » de travail ? Une tenue portée par les anciens, une image d'Epinal un peu désuète et parodiée, un symbole masculin relégué au registre du patrimoine, un vêtement que s'est approprié une jeunesse estudiantine, une tenue unisexe et tendance dont s'est emparée la mode ? Anne Monjaret est ethnologue, directrice de recherche au CNRS. Elle a été durant trois ans rédactrice en chef de la revue Ethnologie française. Elle enseigne à l'université Paris Descartes et à l'EHESS. Ses travaux portent sur les cultures, mé...

19 min2014 FEB 11
Comments
La vie en « bleu » : expression de lidentité ouvrière (PART 3)

La vie en « bleu » : expression de lidentité ouvrière (PART 2)

Le « bleu » en Europe et le « blue-jean » aux Etats-Unis sont les termes génériques pour désigner le vêtement de travail des ouvriers et, plus largement, des travailleurs manuels. Par métonymie, ils servent à nommer les hommes qui le portent : les « bleus » ou « blue collar » (cols bleus) en opposition aux employés de bureau « white collar » (cols blancs »). Cet uniforme est d'abord une affaire d'hommes. Mais que nous reste-t-il de ces « bleus » de travail ? Une tenue portée par les anciens, une image d'Epinal un peu désuète et parodiée, un symbole masculin relégué au registre du patrimoine, un vêtement que s'est approprié une jeunesse estudiantine, une tenue unisexe et tendance dont s'est emparée la mode ? Anne Monjaret est ethnologue, directrice de recherche au CNRS. Elle a été durant trois ans rédactrice en chef de la revue Ethnologie française. Elle enseigne à l'université Paris Descartes et à l'EHESS. Ses travaux portent sur les cultures, mé...

19 min2014 FEB 11
Comments
La vie en « bleu » : expression de lidentité ouvrière (PART 2)

La vie en « bleu » : expression de lidentité ouvrière (PART 1)

Le « bleu » en Europe et le « blue-jean » aux Etats-Unis sont les termes génériques pour désigner le vêtement de travail des ouvriers et, plus largement, des travailleurs manuels. Par métonymie, ils servent à nommer les hommes qui le portent : les « bleus » ou « blue collar » (cols bleus) en opposition aux employés de bureau « white collar » (cols blancs »). Cet uniforme est d'abord une affaire d'hommes. Mais que nous reste-t-il de ces « bleus » de travail ? Une tenue portée par les anciens, une image d'Epinal un peu désuète et parodiée, un symbole masculin relégué au registre du patrimoine, un vêtement que s'est approprié une jeunesse estudiantine, une tenue unisexe et tendance dont s'est emparée la mode ? Anne Monjaret est ethnologue, directrice de recherche au CNRS. Elle a été durant trois ans rédactrice en chef de la revue Ethnologie française. Elle enseigne à l'université Paris Descartes et à l'EHESS. Ses travaux portent sur les cultures, mé...

19 min2014 FEB 11
Comments
La vie en « bleu » : expression de lidentité ouvrière (PART 1)

la boutique parisienne au XVIIIe siècle (PART 3)

C'est de sa vitalité commerçante au XVIIIe siècle que Paris tire sa renommée de capitale de la mode. Le rayonnement de Paris a bénéficié du poids grandissant de l'industrie et de l'artisanat de luxe dans le contexte d'un vigoureux essor de la culture de consommation. La capacité des boutiquiers à inventer un marché qualifié de demi-luxe, parce qu'il a gardé l'apparence du luxe et qu'il s'ouvre par ses prix à une clientèle élargie, est capitale dans cette dynamique. Au XVIIIe siècle se crée à Paris un code du commerce et de l'échange où les habitudes anciennes, le troc et le crédit, coexistent avec le changement des modes de consommation et la naissance de nouveaux besoins. A la fin du siècle, Paris est célébré comme ville de "shopping" dans les guides de voyage. Les boutiquiers se font connaître par tous les moyens, en particulier les almanachs de commerce. A partir des livres de comptes qui révèlent les pratiques professionnel (d'un bijoutier ou d'un tap...

19 min2014 JAN 14
Comments
la boutique parisienne au XVIIIe siècle (PART 3)

la boutique parisienne au XVIIIe siècle (PART 2)

C'est de sa vitalité commerçante au XVIIIe siècle que Paris tire sa renommée de capitale de la mode. Le rayonnement de Paris a bénéficié du poids grandissant de l'industrie et de l'artisanat de luxe dans le contexte d'un vigoureux essor de la culture de consommation. La capacité des boutiquiers à inventer un marché qualifié de demi-luxe, parce qu'il a gardé l'apparence du luxe et qu'il s'ouvre par ses prix à une clientèle élargie, est capitale dans cette dynamique. Au XVIIIe siècle se crée à Paris un code du commerce et de l'échange où les habitudes anciennes, le troc et le crédit, coexistent avec le changement des modes de consommation et la naissance de nouveaux besoins. A la fin du siècle, Paris est célébré comme ville de "shopping" dans les guides de voyage. Les boutiquiers se font connaître par tous les moyens, en particulier les almanachs de commerce. A partir des livres de comptes qui révèlent les pratiques professionnel (d'un bijoutier ou d'un tap...

19 min2014 JAN 14
Comments
la boutique parisienne au XVIIIe siècle (PART 2)

Mode, luxe, innovation : la boutique parisienne au XVIIIe siècle (PART 1)

C'est de sa vitalité commerçante au XVIIIe siècle que Paris tire sa renommée de capitale de la mode. Le rayonnement de Paris a bénéficié du poids grandissant de l'industrie et de l'artisanat de luxe dans le contexte d'un vigoureux essor de la culture de consommation. La capacité des boutiquiers à inventer un marché qualifié de demi-luxe, parce qu'il a gardé l'apparence du luxe et qu'il s'ouvre par ses prix à une clientèle élargie, est capitale dans cette dynamique. Au XVIIIe siècle se crée à Paris un code du commerce et de l'échange où les habitudes anciennes, le troc et le crédit, coexistent avec le changement des modes de consommation et la naissance de nouveaux besoins. A la fin du siècle, Paris est célébré comme ville de "shopping" dans les guides de voyage. Les boutiquiers se font connaître par tous les moyens, en particulier les almanachs de commerce. A partir des livres de comptes qui révèlent les pratiques professionnel (d'un bijoutier ou d'un tap...

19 min2014 JAN 14
Comments
Mode, luxe, innovation : la boutique parisienne au XVIIIe siècle (PART 1)

Paris, capitale de mode (PART 3)

Qu'est-ce qu'une capitale de mode ? L'exemple de Paris montre que cette appellation recouvre deux réalités indissociables : la création et la commercialisation. La spécificité de la mode parisienne est qu'elle s'est développée à l'aide de réseaux structurés dès le début du XXème siècle. Si elle a réussi à maintenir son attractivité avec le temps, c'est qu'elle a su transformer une domination statutaire en parvenant à toujours rester en phase avec les évolutions de la société. A Paris, où la Fédération de la Couture a toujours joué un rôle de premier plan, la menace de désinstitutionnalisation dans les années 1970 a été surmontée au moyen de l'intégration de jeunes créateurs français et étrangers au calendrier des défilés. La création de plusieurs catégories (prêt-à-porter des couturiers et des créateurs de mode, membres correspondants pour les étrangers et membres invités pour les jeunes créateurs) a permis de couvrir une grande partie de...

19 min2013 DEC 10
Comments
Paris, capitale de mode (PART 3)
success toast
Welcome to Himalaya LearningClick below to download our app for better listening experience.Download App